A propos de MCBI
MCBI Conseil est un cabinet de conseil RH à dimension internationale regroupant une équipe de Consultants forts de plusieurs années d'expérience sur les marchés : Mena, Afrique et Europe.
Notre Equipe Dirigeante

Maider Cordoba

Maider Cordoba
Manager entité Recrutement et Evaluation
++

Ismail Belabbess

Ismail Belabbess
Manager entité Expatriation et Relocation
open
Le Maroc exerce beaucoup d’attrait sur les étrangers qui choisissent de faire carrière en dehors de leurs pays d’origine, d’autant plus que les procédures administratives ont été améliorées depuis quelques années déjà. Les grandes entreprises marocaines préféreraient recruter des expatriés qu’elles jugent dotés de compétences spécifiques et dont une grande partie occupe des fonctions d’encadrement et de direction. Les détails avec Ismaïl Belabbess, consultant associé MCBI Conseil.

Les compétences spéciales ou spécifiques par rapport à une activité donnée sont le premier critère qui va orienter le choix de l’entreprise.

 

Éco-Conseil : Quelles sont les nouveautés du statut de l'expatrié au Maroc ?
Ismaïl Belabbess : Tout d’abord, il convient de noter que le cadre légal de l’expatrié a connu des changements au niveau de la rigueur des procédures, qui ont été améliorées depuis 2012 déjà. Néanmoins, force est de constater que le Maroc connaît un afflux important d’expatriés ces dernières années, suite aux projets de développement de plusieurs structures internationales et nationales, et ce dans des secteurs variés. À ce titre, il est normal que l’attrait qu'exerce le Maroc engendre une sensibilisation plus accentuée des administrations publiques se chargeant des procédures concernant les expatriés (permis de travail, permis de séjour…) quant au respect strict des dispositions législatives pour l’obtention des documents cités précédemment. Nous pouvons citer dans cet ordre d’idée, comme changement majeur, la revue à la baisse du délai de traitement des dossiers des expatriés pour la délivrance des différentes autorisations (séjour et/ou emploi).

Les entreprises marocaines préfèrent-elles recruter des expatriés plutôt que des nationaux ?
En matière de recrutement, il convient de noter que la préférence pour un national ou un expatrié va tout d’abord dépendre du poste concerné. En fait, disposer de compétences spéciales ou spécifiques par rapport à une activité donnée est le premier critère qui va orienter le choix de l’entreprise. Le recrutement de nationaux reste privilégié dans la majorité des cas, puisque les entreprises marocaines restent les vecteurs de la politique nationale de l’encouragement à l’emploi «local». Cependant, certains cas peuvent se présenter dans lesquels le choix va plutôt s’orienter vers un expatrié, en raison d’une compétence rare. C’est dans ce cadre que l’administration publique (Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences, Anapec, et ministère de l’Emploi) entre en jeu pour étudier les dossiers et ainsi octroyer ou non l’autorisation d’emploi, en fonction des compétences qui auront été «justifiées». Il est nécessaire de souligner également que des frais assez importants doivent être engagés par les sociétés qui souhaitent employer des expatriés. En conséquence, l’étude de «la rareté du profil» reste financièrement pertinente avant de lancer toute démarche.

Quels sont les avantages et les inconvénients que présente le recrutement d’un expatrié ?
Le recrutement d’un expatrié présente, certes, des avantages quand il s’agit d’un «poste-clé» pour l’entreprise, mais aussi des inconvénients. En effet, lorsqu’il s’agit de structures internationales, souvent les postes de direction sont sous la responsabilité d’expatriés, puisqu’ils se chargent des mises en relation entre le siège et la filiale au Maroc, à travers leurs reportings et implémentations des procédures du groupe. Comme je viens de le souligner, disposer d’une compétence rare ou inexistante sur le marché local permet non seulement de former les recrues nationales, mais aussi de pérenniser l’activité de l’entreprise marocaine, voire l’améliorer. Néanmoins, du côté financier, il va sans dire que ce type de recrutement a un coût pour l’entreprise à deux niveaux : le premier concerne l’aspect des procédures administratives (autorisation d’emploi et de séjour) tandis que l’autre tient au management de l’expatrié sur le volet de la paie et des avantages en nature qui lui seront octroyés (logement, déplacements…).

Deux mots d’ordre pour le recrutement : analyse et anticipation

Rigueur dans l’étude du recrutement et anticipation sont les principaux conseils que toute entreprise doit prendre en compte et surtout appliquer pour chaque stratégie dont le choix de l’expatriation fait partie. Avant tout recrutement, le choix doit avoir fait l’objet d’une étude très rigoureuse pour justifier son caractère pertinent pour l’activité de l’entreprise. Si l'entreprise opte pour ce choix, il faut veiller de manière stricte à anticiper toutes les démarches administratives pour avoir toutes les autorisations nécessaires d’emploi et de séjour auprès des différentes administrations dans des délais qui n’impacteront ni l’activité de l’entreprise ni l’expatrié ou sa famille.

Ismaïl Belabbess, consultant RH associé MCBI Conseil pour lematin.ma

 

A propos de MCBI

MCBI Conseil est un cabinet de conseil RH en recrutement et expatriation Maroc, à dimension internationale regroupant une équipe de Consultants forts de plusieurs années d'expérience sur les marchés: Europe, MENA et Asie.


Lire la suite  

Derniers tweets

Twitter Feeds
Recrutement maroc https://t.co/PgVeFXmIX3 4 YEARS ago